«The True Cost» (anglais pour «Le Vrai Coût») est un film récemment sorti cette année. Il donne une perspective complète sur l’industrie de la mode d’aujourd’hui. Comment cette industrie abuse des droits de l’homme et comment elle abuse l’environnement dans lequel nous vivons tous. Si l’écologie ou la mode vous parle, vous devriez regarder ce documentaire de 1 h 33. Il est actuellement en «streaming» sur netflix. Vous pouvez le louer ou l’acheter sur itunes, amazon ou vhxhttps://truecostmovie.com/ facebook @truecostmovie

Malheureusement, ce film est seulement en anglais. Il est sous-titré en 10 langages, mais bizarrement pas dans la langue de Molière. Cela peut être une belle opportunité de pratiquer l’anglais. 🙂

 

Dans ce film vous apprendrez que :

Dans les années 1960, 95 % des vêtements vendus aux États-Unis étaient faits aux États-Unis. En 2015, c’est 3 %. (C’est sensiblement les mêmes chiffres pour le Québec et Canada)

L’industrie du vêtement est la seule industrie dont le prix des produits a diminué au cours des 20 dernières années. Tout le reste est plus dispendieux.

Les travailleurs du vêtement paient le prix des vêtements bon marché. En travaillant dans des conditions horribles et paient parfois de leur vie.

workers

Il y a un nouveau modèle d’affaires connu sous le nom de «fast fashion» («mode rapide»). Il a transformé la façon dont les vêtements sont achetés et vendus. Nous consommons et jetons plus vite les vêtements.

Nous achetons 40 % plus de vêtements qu’il y a 2 O ans.

L’Américain moyen envoie au dépotoir 82 livres (41 kg) de vêtements par an. Donc, nous endommageons l’environnement et les droits de l’homme pour faire ces vêtements, ce qui est un problème qui crée un autre problème de la pollution des déchets…

82 pounds

On estime qu’une personne sur 6 travaille dans une partie de l’industrie du vêtement. Ce qui en fait l’industrie qui dépend le plus de la main-d’œuvre humaine au monde.

La mode est aujourd’hui la 2e industrie la plus polluante au monde. Juste derrière l’industrie pétrolière.

2nd

La récolte du coton non biologique endommage gravement l’environnement et la santé de l’agriculteur de coton.

Cotton

Les agriculteurs de coton OGM en Inde sont sujet à la plus grande vague de suicides dans l’histoire.

Les personnes du le tiers-monde n’ont pas besoin de nos vêtements d’occasion.

Contrairement à ce que suggère la publicité, la consommation ne nous rend pas heureux.

Nous ne sommes pas obligés (ès) d’adhérer à cette industrie. Si nous nous arrêtons l’achat de ces vêtements. Ils cesseront d’être faits.

À propos de l’auteur Ugo Dutil: Ayant grandi à l’écovillage «la Cité Écologique» de 1 à 11 ans, j’ai décidé d’y retourner à 25 ans. J’aime bien ce mode de vie qui nous permet de prioriser les relations humaines face aux possessions matérielles. Je travaille avec Respecterre depuis 2013. La simplicité volontaire et la consommation responsable, surtout dans le domaine textile, me passionne.