Nos tissus:

 

 

Le bambou

Le bambou est la plante qui possède la croissance la plus rapide au monde. Sa culture ne nécessite aucun engrais chimique ni pesticide. Sa production utilise quatre fois moins d’eau que le coton et elle est totalement biodégradable. Cela n’est pas prouvé, mais on dit souvent que la fibre de bambou est anti-odeur, antibactérienne, hypoallergène, anti UV et thermorégulatrice. Ce tissu possède également une capacité d’absorption supérieure à la moyenne et une douceur incroyable.

L’eucalyptus

Le tissu d’eucalyptus (Fibre Tencel®) absorbe l’humidité et prévient la formation de bactéries. Il est extrêmement doux et convient aux peaux sensibles. Il s’agit est une fibre 100 % naturelle, extraite de bois d’eucalyptus provenant de plantations certifées écologiques et durables situées en Europe. Le procédé de production de la fibre est respectueux de l’environnement à tous les niveaux. Les produits utilisés pour sa transformation sont recyclés jusqu’à 99.7 %. Plus d’info…

Le chanvre

Le Chanvre est beaucoup plus résistant que le coton. Il est hypoallergénique et non-irritant pour la peau. En fait, le chanvre est l’un des tissus les plus écologiques actuellement accessibles. La plante est naturellement très résistante aux parasites et sa croissance demande peu d’eau. Le tissu de chanvre a la particularité de « bien vieillir », en effet, plus vous le portez, plus il devient doux, souple, confortable.

Le lin

Matière noble, le lin est une fibre entièrement naturelle qui ne nécessite aucun produit chimique pour sa croissance ni pour sa transformation. Le tissu nous garde au frais l’été et au chaud l’hiver, car l’air qu’il maintient dans ses fibres en fait un isolant naturel. Le tissu de lin a une action bénéfique sur les peaux sensibles. C’est le tissu le plus résistant. Il ne peluche pas et ne se déforme pas. Il s’adoucit avec les lavages.

Respecterre est fièrement FAIT AU CANADA

Findhorn – ECOVILLAGE

Findhorn – ECOVILLAGE

It was a rainy day in the fall of 2014, but rays of sunshine slowly appeared on the horizon. With a somewhat distracted ear, I listened to the rattle of the train on the rails. I had been travelling for about twelve hours, and I was beginning the last part of my trip towards northeast Scotland. Verdant hills rolled along the horizon, where herds of sheep grazed, and trees and sharp cliffs stood tall. Upon my arrival in the town of Forest, I embarked on a bus to the small maritime village of Findhorn nested between bay and sea, right on the sandy hills.

Findhorn – ÉCOVILLAGE

Findhorn – ÉCOVILLAGE

Nous sommes à l’automne 2014. Le temps est pluvieux, mais des rayons de soleil percent à l’horizon. D’une oreille un peu endormie, j’écoute le roulement du train sur les rails. Cela fait une douzaine d’heures que je suis en voyage, et j’entame la dernière partie du trajet en direction du nord-est de l’Écosse. À l’horizon se dessinent des collines verdoyantes parsemées de troupeaux de moutons, quelques grands arbres et des falaises escarpées. Arrivée à la ville Forest, un autobus me conduit au petit village maritime de Findhorn. Coincé entre la baie et la mer, celui-ci se dessine sur les collines sablonneuses.

Whole Village – ECOVILLAGE

Whole Village – ECOVILLAGE

In the summer of 2013, I discovered Whole Village thanks to a series of videos on YouTube. Later that year, some “La Cité Écologique” residents went to Ontario to visit this ecovillage located about an hour’s drive north of Toronto, as a meeting was held there for the Canadian ecovillage network. A few months later, at the beginning of 2014, a resident of Whole Village at the time, Peter, came to La Cité for a short internship. We shared a living space for a few weeks and, when he left, I told him I would one day visit him at Whole Village.