Share

Comme vous le savez peut-être déjà, Respecterre fait partie d’un écovillage appelé «La Cité Ecologique» de Ham-Nord. Tous les associés propriétaires de Respecterre et la plupart des employés sont résidents de l’écovillage. L’atelier-Boutique Respecterre est situé sur le site même de l’écovillage.

La Cité Écologique n’est pas le seul exemple d’écovillage. Il existe plusieurs centaines de projets similaires à travers le monde. Un bon nombre de ces endroits ont été visités par des gens qui vivent ici, à la Cité. Dans cette nouvelle série d’articles, nous tenterons de vous faire découvrir ces projets de vie alternatifs tous aussi inspirants les uns que les autres.

Huehuecoyotl, un écovillage dans les magnifiques montagnes du Mexique!

 

En 2013, je suis parti au Mexique avec l’intention de travailler sur différentes fermes et sites écologiques. Après avoir passé deux mois dans un projet de bio-construction à bâtir une maison d’adobe en forme d’igloo, j’étais à la recherche d’un autre projet. C’est alors que je suis tombé sur le site de l’écovillage Huehuecoyotl. C’était la première fois que j’entendais le mot écovillage, mais ma curiosité fut piquée instantanément. J’ai donc contacté l’une des membres et j’ai convenu avec elle d’aller y passer les deux mois suivants.

Situé à moins d’une heure trente de México, la capitale du Mexique et ville la plus peuplée des Amériques, j’avais peine à croire à mon arrivée à l’écovillage que j’étais à présent dans les hautes montagnes de l’état de Morelos, dans un décor à l’opposé de la jungle urbaine. À l’entrée du domaine, un écriteau nous accueille : Huehuecoyotl. Ce mot signifie «le vieux vieux coyote» en langue autochtone Nahuatl. Je marche donc tranquillement, avec mon packsac sur le dos, vers la maison de Tona, la femme qui m’hébergera. Situé sur un domaine de 4 hectares à flanc de montagne, on y retrouve une dizaine de maisons, écologiques et relativement huppées. La demeure de Tona est la dernière, mais aussi la plus impressionnante de toutes! Décidément conçu par une artiste, elle est aussi entourée d’une luxuriante végétation (qui au Mexique peut pousser à longueur d’année!)

Au cours des semaines suivantes, je partage son quotidien, ainsi que celui des autres membres. Je m’occupe des poules et lapins qu’elle élève, travaille dans son jardin, apprends l’art de la récolte et la transformation du café, fais différents travaux d’entretien. J’ai aussi la chance de l’écouter me raconter l’histoire de leur communauté. Ils étaient à l’époque une troupe de théâtre ambulante, les Éléphants illuminés (!) Venant de différents coins de la planète, ils parcouraient le monde avec leur bus pour conscientiser les citoyens à l’écologie et à l’humanisme. Un jour, en voyage au Mexique, ils sont tombés sur le village de Tepoztlan. Caractérisé par une forte tradition autochtone, habituée aux revendications et luttes pour la survie de leur peuple et de leurs lieux sacrés, cet endroit a rapidement trouvé écho chez nos voyageurs. À la recherche d’un terrain où poser leurs valises et prendre une pause de leur statut de nomades, ils sont tombés sur ce mystique lieux du nom de Huehuecoyotl.

Acquis en 1982, la communauté fête mine de rien ses 35 ans cette année. De jeunes hippies, ils se décrivent maintenant eux-mêmes comme de vieux coyotes! Les années ont passé, ils sont pour la plupart grands-parents. Ce qui est un peu triste à mes yeux toutefois, c’est qu’ils n’ont pas su passer la relève aux générations suivantes. En effet, la majorité de leurs enfants et petits-enfants ont niché ailleurs. De sorte que ce sont actuellement principalement des coyotes de 70 ans qui habitent le domaine, à part quelques jeunes, principalement des visiteurs qui louent une maison ou partie de maison. En effet, transmettre une éducation aux enfants et leur faire une place n’est pas une mince chose, mais cette lacune rend le futur de la communauté incertain.

C’est dommage, car l’énergie qu’on ressent à y séjourner est ressourçante et apaisante. Les membres ont su construire des maisons et des installations écologiques, avant-gardistes et jolies. Ce sont aussi des personnes très humaines, aux histoires et expériences de vie captivantes. L’écologie, le social et l’art sont leurs valeurs principales et y sont bien représentées.

Je ne peux que les remercier de cette expérience, car c’est elle qui m’a mis en contact avec le monde des écovillages et qui m’a permis, à mon retour au Québec, d’en trouver un autre, dans lequel je suis établi depuis près de 3 ans. Peut-être qu’un jour j’y fêterai aussi 35 années de vie!

Plus d’information  : huehuecoyotl.net/

Share

À propos de l’auteur Charles Marceau-Cotton : Avec juste un peu plus d’un an de vie à la Cité Écologique, je suis le nouveau de la place! Mettre les pieds dans une telle communauté et, surtout, décider de s’y établir possède son lot de beaux moments, mais aussi de défis de toutes sortes. Je vous propose donc, à travers ces textes, mes vues sur différents aspects de la vie en communauté et d’observations personnelles sur le fossé qui existe parfois entre la société «mainstream» et l’écovillage.