Donner la parole aux travailleurs: Entrevue avec Hideliza

Donner la parole aux travailleurs: Entrevue avec Hideliza

Malgré mon inexpérience totale en couture avant mes débuts à Respecterre, c’est pour moi en quelque sorte un aboutissement naturel : mon arrière-grand-mère a gagné sa vie avec ce métier, tout comme… ses 13 filles! Donc ma grand-mère, puis aussi ma mère ont pris cette avenue. Depuis mon jeune âge, j’ai toujours vu maman coudre, elle nous habillait, ma sœur et moi, lorsqu’on était jeunes. Donc, c’est un peu ironique, car, autant je n’avais jamais cousu avant, autant toute ma lignée familiale a dédié sa vie à ce métier. Aujourd’hui, j’ai la chance d’apprendre dans l’entreprise avec mes collègues expérimentés.

Donner la parole aux travailleurs: Entrevue avec Karen

Donner la parole aux travailleurs: Entrevue avec Karen

Actuellement, j’ai 2 rôles principaux : la direction de la production et la gestion des contrats de confection de vêtements pour d’autres entreprises. Nous avons notre propre ligne de vêtements (la marque Respecterre), que nous cousons de A à Z et vendons aux boutiques et aux particuliers. Nous confectionnons aussi de nos vêtements que nous vendons à l’effigie de certaines corporations (Musée des Beaux-Arts, Radio-Canada, Spas dans plusieurs villes, etc.)

Donner la parole aux travailleurs: Entrevue avec Dalia

Donner la parole aux travailleurs: Entrevue avec Dalia

Lorsque je constate où je suis rendue aujourd’hui et le chemin que j’ai parcouru depuis toutes ces années, je ne peux m’empêcher un sourire en pensant qu’au départ, la couture n’avait jamais été un choix personnel de carrière. Lorsque la Cité Écologique a connu des difficultés financières au début du projet j’avais, comme bien d’autres familles, des enfants à nourrir. Je me suis donc ralliée à la création d’une entreprise de couture où nous faisions de la sous-traitance pour différentes compagnies.

Mon écovillage à moi

Mon écovillage à moi

Au cours des dernières années, plusieurs nouvelles communautés intentionnelles ont vu le jour. En effet, on sent chez beaucoup d’individus un besoin de s’extirper de cette société individualiste, consumériste et déconnectée de son environnement. Dans le film The Trotsky, le protagoniste – un jeune étudiant en quête de sens personnel et collectif de la vie – se questionne sur les raisons pour lesquelles peu d’individus s’insurgent contre les maux qui affligent notre société actuelle. Est-ce par apathie, ce sentiment du je-m’en-foutisme…

Le cours EDE à la Cité Écologique

Le cours EDE à la Cité Écologique

C’est à la Cité Écologique de Ham-Nord, cet été, que s’est donné le premier cours EDE en français. Non seulement pour la première fois au monde en Français, mais pour la première fois au Canada, toutes langues confondues. Six étudiants ont pris part au cours du 10 juillets au 10 août 2015. EDE = Éducation au Développement d’Écovillages.